• Il arrive un moment où nous réalisons que rien ne va plus dans notre vie et nous attribuons cette situation à notre alcoolisme
  • Nous essayons alors de ne pas boire mais nous en somme incapables
  • Nous admettons alors notre impuissance – Je n’en peux plus!.. Je ne suis plus capable!..
Nous avons admis que nous étions impuissants devant l’alcool – que nous avions perdu la maîtrise de notre vie

 

  • Si nous ne sommes pas capables seuls, il faut demander de l’aide à plus fort que soi
  • Thérapie (science)
  • Religion (mysticisme)
  • Autre dépendance : sexe, travail, sport, etc… (divertir l’obsession)
  • AA (partage d’expérience, de force et d’espoir)
Nous en sommes venus à croire qu’une Puissance supérieure à nous-même pouvait nous rendre la raison

 

  • Nous pouvons demander de l’aide, mais toujours vouloir garder le contrôle
  • Comprendre sa maladie pour développer un self-control
  • Acquérir un certain temps d’abstinence, puis se passer de l’aide
  • Nous pouvons avoir une illusion de libération et ne pas pousser plus loin
  • L’abandon complet et conscient constitue l’essence même de la 3ième Étape – Nous avons décidé de confier notre volonté et notre vie…
    • aux soins de Dieu… – Pourrait être remplacé par aux soins du programme des AA et de son mode de vie
Nous avons décidé de confier notre volonté et notre vie aux soins de Dieu, tel que nous le concevions

 

La décision «logique» est celle de l’adhésion au programme des AA

C’est accepter de faire les autres Étapes

Les six Étapes qui suivent constituent le programme de rétablissement

Les 10ième, 11ième et 12ième Étapes en constituent le mode de vie

Le rituel AA, les règles de comportement et les Traditions viennent renforcer la mise en place du programme de rétablissement et la pratique du mode de vie (Titre 2)

Continuer à faire du meeting est essentiel au renouvellement du sursis quotidien

Peu importe la gravité de l’obsession alcoolique, nous découvrons avec bonheur que nous pouvons faire d’autres choix vitaux. Par exemple, nous pouvons admettre que nous sommes personnellement impuissants devant l’alcool; qu’il est nécessaire que nous dépendions d’une Puissance supérieure même si cette dépendance n’existe qu’envers un groupe AA. Puis, nous pouvons essayer de vivre avec honnêteté et humilité, nous mettant au service désintéressé de nos semblables et de Dieu tel que nous le concevons.
Au fur et à mesure que nous continuons de faire ces choix et de progresser dans nos aspirations, nous retrouvons la raison et notre besoin irrésistible de boire disparaît.

Réflexions de Bill, p. 88

Pour tout nouveau membre à l’esprit pratique, cette troisième Étape semble difficile, voire impossible. On a beau le vouloir de toutes ses forces, comment exactement peut-on faire pour confier sa volonté et sa vie aux soins de ce Dieu dont on reconnaît [ou pas] l’existence? Par bonheur, nous en avons fait l’expérience, en y croyant plus ou moins, et nous pouvons attester que n’importe qui, vraiment n’importe qui, peut commencer à le faire. Nous pouvons même ajouter qu’un tout petit pas, même le plus modeste, est largement suffisant. Dès que nous avons mis dans la serrure la clef de notre bonne volonté et que la porte s’est ouverte, même légèrement, nous avons constaté qu’il est toujours possible de l’ouvrir davantage. Même si notre propre volonté pourra la refermer brutalement, comme c’est souvent le cas, elle s’ouvrira toujours dès que nous reprendrons la clef de la bonne volonté.
Tout cela peut paraître mystérieux et lointain, un peu comme la théorie de la relativité d’Einstein ou un théorème de physique nucléaire. Il n’en est rien. […] Hommes et femmes, tous ceux qui ont joint les rangs des AA avec l’intention d’y rester, ont déjà, sans s’en rendre compte, franchi le pas de la troisième Étape. N’est-il pas exact que pour tout ce qui touche l’alcool, chacun d’eux a décidé de placer sa vie sous les soins, la protection et les bons conseils des Alcooliques anonymes? C’est déjà un geste de bonne volonté que d’abandonner, en ce qui concerne l’alcool, sa volonté et ses positions personnelles pour adopter les suggestions des AA. Tous les nouveaux bien disposés sont persuadés qu’il n’existe pas pour leur navire fatigué d’autre port de salut que le Mouvement. Si ce n’est pas là confier sa volonté et sa vie à la Providence telle qu’on vient de la découvrir, alors qu’est-ce que c’est?

Les 12 étapes et les 12 traditions, pp. 41- 42